Shout Out Out Out Out / Reintegration Time


L’album Reintegration Time est un sacré pas en avant pour le mystérieux groupe canadien (Edmonton) Shout Out Out Out Out. Produit et enregistré par le front-man Nik Kozub, ce second album sorti chez Normal Welcome Records démontre l’obsession et la dévotion croissante du groupe pour les synthétiseurs analogiques, trois ans après leur premier album ensensé Not saying / Just saying (2006). Reintegration Time est en effet sorti en mars 2009 au Canada, et n’arrive qu’aujourd’hui (18 mai) en Europe.

Grâce à ses influences naturelles de l’électro, de la house-music et de l’acid-techno, le sextet Shout Out Out Out Out réunit une énorme collection de synthés analogiques en d’épaisses textures sonores et en pulsations que ne renieraient pas les pionniers du genre que sont Tangerine Dream ou Neu !.

Au niveau des paroles, Reintegration Time persévère dans cette vision froide et distante du monde qui leur est si chère, mais cette fois-ci en se concentrant sur les sensations internes et les déconnections établies pour maintenir l’équilibre entre la normalité et l’absurde.

Deux chanteurs invités rejoignent les Shout Out Out Out Out sur cet album : Cadence Weapon sur l’acid-heavy rap "Coming Home", et San Serac sur l’étrange house-jam "One plus two plus three".

On dit d’eux qu’ils font de l’électro comme un groupe de rock.

Le site officiel et le Myspace

Date de parution : 18 Mai 2010
Label : Normal Welcome Records

Tracklisting :

1. Run
2. Guilt Trips Sink Ships
3. Bad Choices
4. Coming Home (Feat. Cadence Weapon)
5. How Do I Maintain Pt. 1
6. How Do I Maintain Pt. 2
7. One Plus Two Plus Three (Feat. San Serac)
8. Remind Me In Dark Times



Revue de web :

"Belle surprise que la sortie en Europe de cet album des Canadiens [...] Ils y mêlent électro, house et esprit rock avec un certain savoir-faire, le tout à base de synthés et de voix traficotées adroitement mis en place" (Muzzart)

"C'est alors qu'on pige un peu mieux le parti pris élec­tro-​rock, qui finit par faire son petit bon­homme de che­min concep­tuel de ver­sion ac­tuelle de la new-​wave" (Krinein)

"L'album, pour tout dire, n'est pas désagréable à écouter" (Froggy Delight)

"Un son électro-dance-rock qui sait, au fil de l’album, nous transporter à travers des progressions House frénétiques et hypnotisantes. 7/10" (Caisse de son)

"Ce second opus est un véritable petit bijou électro, haut en couleurs et en synthétiseurs analogiques" (Publikart)

"Il y a beaucoup de choses mises en ensemble et agglomérées créant un bloc compact d'énergie prêt à prendre d'assaut les dancefloors mais aussi les salles de concert" (Magic Box)

"Le résultat est à l'image de la pochette, spatial et sublimement froid. Un voyage intemporel où la question qui nous anime sans cesse est de savoir si ce sont des rockeurs qui font de l'électro ou l'inverse. De cette question naît justement l'originalité des canadiens" (Five Minutes)

"Ni une ni deux, la magie opère, et me voici emporté dans une avalanche analogique de sons acides et rugueux, dans un esprit kraut donc, mais plus proche de Kraftwerk que de Can, avec une volonté prononcée et bienvenue de rendre l'alchimie groovy et dansante" (A Natural Pick Me Up)

"Étant donné la haute teneur en qualité de leur premier disque paru en 2006, je dois dire que mes jambes, mon cerveau et mes oreilles avaient hâte de l’entendre [...] ce disque est parfait pour lancer la soirée et donner envie d’aller les voir en concert" (Bande A Part)

"Le groupe offre un second disque bien réussi. On craque tout particulièrement pour la contagieuse Remind Me in Dark Times ainsi que la délicieusement kitsch Bad Choices" (Canoë Divertissements)

"Croisement improbable entre un Jean-Michel Jarre (sous prozac), un Chk Chk Chk (au rabais) et un Kraftwerk (en promo)" (Zic Addict)

"The energetic six-piece has taken a notable step forward, building on their inherent electro, house and acid techno influences" (Nightlife Magazine)

News sur Infojeunes, 30 secondes de bonheur

Concours sur Allomusic , Publikart

Vidéos :

Le clip de "Remind me in dark times" :



"Guilt trips sink ships" en live :